Lyon et le quartier de la Croix-Rousse

Située sur une des collines, au nord de la presqu’île, entre Rhône et Saône, la colline du pagus de Condate, appelée de nos jours Croix-Rousse, possède ses propres monuments parmi lesquels le sanctuaire des Trois Gaules, disparu aujourd’hui et l’amphithéâtre, partiellement conservé. C’est dans ce lieu que sont suppliciés, en l’an 177, sainte Blandine et saint Pothin.

Lyon - Croix-Rousse - Amphithéatre des trois Gaules
Lyon – Croix-Rousse – Amphithéâtre des trois Gaules

Le nom de Croix-Rousse vient de la couleur d’une croix, érigée en pierre de Couzon au Mont d’Or au début du XVIème siècle. Les habitants de ce quartier se sont battus pour son indépendance jusqu’en 1852, date du décret impérial annonçant le passage sous la juridiction de Lyon.

Lyon - Croix-Rousse - rue de la Grande-Côte
Lyon – Croix-Rousse – rue de la Grande-Côte

En 1862, la Croix-Rousse est reliée au centre de Lyon par le premier funiculaire du monde. Il sera rapidement surnommé la « ficelle » par les lyonnais.

Lyon - Croix-Rousse - Le funiculaire "la ficelle"
Lyon – Croix-Rousse – Le funiculaire "la ficelle"

Le funiculaire fut fermé définitivement en décembre 1967. Les seuls vestiges de cette installation sont les tunnels, les tranchées (quasiment toutes couvertes) sont actuellement utilisés comme montée routière à double voie.

La Croix-Rousse est un des quartiers les plus typiques de la ville de Lyon, à la fois populaire et bobo…. C’est le quartier-village des canuts, des traboules, de la mère Cotivet et des gones.

A voir :

  • Les traboules comme la Cour des Voraces, Cette cour représente ce qui se fait de mieux en matière de traboule (à trois entrées) : au 9 place Colbert, rue Saint-Sébastien, rue Imbert-Colomès.
  • la rue du Chariot d’or dont le nom est vraisemblablement tiré d’une ancienne auberge à l’enseigne du chariot d’or ,
  • La rue de la grande-côte , ancienne rue Saint-Sebastien, longue et pentue, bordée de magnifiques maisons.
  • le passage Thiaffait. Cette maison construite en 1828 pour François Félix Thiaffait, accueille dès l’origine, une communauté de métiers liée à la soierie (marchands fabricants, apprêteurs, dévideurs, dessinateurs…) ainsi qu’un grand nombre de boutiquiers, sur le passage ou sur la rue. Vous remarquerez à l’entrée le superbe porche (Sebastiano Serlio, architecte italien du XVIè siècle) et les escaliers à double volée rejoignant la rue Burdeau.
  • La grande rue des Feuillants et la rue des Fantasques, jusqu’aux jardins de Villemanzy (attenants au restaurant bistro du même nom)
  • La place Colbert et enfin les jardins de la place Bellevue au pied du fort Saint-Laurent (bastion militaire de 1830).
  • La grande Place et le boulevard de la Croix-Rousse jusqu’au Gros Caillou pour admirer la vue sur les Alpes et le Mont-Blanc.

Leave a Reply

Your email address will not be published.