Mhamid au Maroc, dernière étape avant le désert et le grand sud

De Ouarzazate, on prend la route du Sud, direction Zagora. Puis on emprunte une route sinueuse qui suit la palmeraie verdoyante de la vallée du Draa jusqu’à Tamegrout en longeant le Jbel Tadrart .  Puis la route s’élève brutalement, traverse la Jbel Bani, avant de retrouver dans les grands espaces plats et arides du désert du Sahara aux alentours de Tagounite.

déserts marocain - village de Mhamid et le Draa
déserts marocain – village de Mhamid et le Draa

Brusquement le goudron fait place au sable……… On est arrivé à Mhamid, aux portes du désert. C’est ici que le Draa, qui prend sa source dans les neiges de l’Atlas, se perd littéralement dans les sables pour se jeter quelques centaines de kilomètre plus loin dans les eaux de l’Atlantique, entre Tan-Tan et Guelmin.

« M’Hamid fut un grand centre caravanier jusqu’à la fin du XIXème siècle. Son origine est très ancienne, comme le prouve la présence, à proximité, d’une des nécropoles protohistorique les plus importantes de l’Afrique du Nord.

Au XVIème siècle, Mhamid fut le point de rassemblements des guerriers qui se lancèrent à la conquète de Tombouctou avec Ahmed El Mansour (1529-1654) à leur têtes. Vous pouvez découvrir les ruines d’un Ksar de l’époque Saadienne : Ksebt el-Allouj »

Dépaysement assuré, réserver une randonnée dans une des nombreuses petites agences, au départ de Mhamid, afin de profiter de la fin d’après midi. En 2h de marche vous vous retrouvez au bout du bout, pour une soirée et une nuit en pleine nature sous une des voûtes célestes les plus surprenantes et les plus pures au monde.

désert marocain - mhamid - les dunes au coucher du soleil
désert marocain – mhamid – les dunes au coucher du soleil

Là il n’y a plus qu’à admirer à perte de vue des vagues de dunes qui prennent au coucher du soleil toutes les nuances ocres et dorées.

Quelques nomades plus ou moins sédentaires vivent encore sous la tente, se consacrent à l’élevage (moutons, chèvres, dromadaires.) dans cette zone appelée hamada où subsiste une végétation d’herbe et de buissons.

Le matin, un regard vers les dromadaires entravés qui nous surveillent, un thé brûlant et nous voilà repartis vers Mhamid.

mahmid le petit matin...
mahmid le petit matin…

Au-delà de la palmeraie commence la hamada du Draa, cet immense plateau calcaire désertique qui s’enfonce dans le désert. Cette région uniquement accessible en 4×4 et en dromadaires est magnifique : des eaux turquoises du Lac Iriki et de l’oasis berbère Oum-Laalag, ou vers les dunes de Chigaga, plus au sud, et enfin au nord-ouest vers le Jbel Bani et l’erg Lehoudi.

Coordonnées GPS :


Leave a Reply

Your email address will not be published.